fbpx

La plante qui voulait devenir un pantalon – Une histoire 100% LIN

Le lin qui devient pantalon - Zoom sur le lin après rouissage (1)

Pour plonger dans le monde du lin français, j’ai choisi de vous raconter l’histoire de la plante qui voulait devenir un pantalon. Cette plante, ce n’est pas n’importe laquelle : elle s’appelle Lin. Lin est une fibre naturelle. Elle a la chance de pousser à 2 pas de chez moi, et aussi à 2 pas de chez vous. 

Etonnament, j’ai dû partir très loin pour découvrir cette plante très locale et principalement cultivée en France. Cette rencontre a eu lieu en Argentine, lorsque je m’intéressais aux « Grandes Cultures ». J’ai alors réalisé la chance que nous avions d’avoir cette ressource unique

 

Le lin, une fibre naturelle cultivée en France

Tout en lin - De la plante au pantalon - C.Bergamia

Un champ de lin en Normandie

Une Nordiste assumée

Le lin est une plante pas comme les autres. Le soleil, elle aime ça mais ce qu’il lui faut, c’est surtout pas mal d’humidité. Alors elle a bien choisi son terrain de jeu.

De la Normandie jusqu’aux plaines des Pays-Bas, les champs de lin font partie du paysage. C’est d’ailleurs dans cette région que plus de 85% de la production mondiale de lin textile se fait. La majorité des cultures est française, avec plus de 75% de la production mondiale. 

Bien adaptée à son terroir, le lin n’a pas besoin d’engrais ni d’irrigation. C’est une fibre écologique de la culture à son utilisation! 

Plus vite que la musique

Le lin est une plante qui pousse rapidement. On dit qu’il faut 100 jours entre le semis et l’arrachage. Entre mai et juin, les cultures de lin sont repérables par la couleur verte très claire de leur tige.

C’est une plante délicate dont les fleurs s’ouvrent tous les matins à partir de juin. Elles donnent aux champs la couleur du ciel. Un spectacle que j’ai plaisir à voir chaque année de la Normandie aux Pays-Bas lors de mes randonnées vélo.

Champs de lin de couleur bleu ciel - C.Bergamia

Un champ fleuri de lin en Zélande

Etre une plante, le lin aime ça. Pourtant ce n’est que le début de sa longue vie. Cultivé pour sa capacité à fournir des fibres textiles, le lin commence sa deuxième vie après 100 jours dans les champs.

 

La plante qui devient fil 

Devenir fil de lin, cela ne se fait pas en un claquement de doigt. La plante doit passer par plusieurs étapes pour achever sa transformation. La première a lieu dans le champ, juste après l’arrachage. 

Le Rouissage, une fermentation au sol 

Une fois la plante arrachée, elle est laissée au sol pour le rouissage. Lors de cette étape, les brins de lins sont modifiés par l’action conjuguée du soleil, de la pluie, des bactéries et champignons présents dans le sol.

C’est ainsi qu’au bout de quelques semaines, la tige a subi une sorte de macération qui permet de détacher les fibres du reste de la tige. Sans cette étape totalement naturelle et sans ajout de produits chimiques quelconque, le teillage serait impossible.

Le teillage, la mécanique avant tout 

Le teillage est l’étape qui permet de passer de la tige à la fibre. Par une action mécanique, les fibres de lin vont être séparées du reste de la tige. Tous les petits bouts de tige broyés sont appelés les anas, ils serviront principalement à la fabrication de matériaux composites. Les fibres sont séparées entre fibres longues (filasses) et fibres courtes (étoupes). Les fibres longues de lin sont gardées pour le tissage.

 

Filasse de lin - Les fibres de lin - C.Bergamia

La filasse de lin, après le teillage

La filature, histoire d’une plante qui voyage

Lorsqu’elle démarre son voyage pour la filature, la fibre de lin est à l’état de filasse. La filature est donc une étape clé, qui nécessite actuellement de traverser quelques pays …! 

Quand le lin emprunte la route de la Soie … et en revient!

Alors que la France produit la grande majorité de lin textile du monde, la filature a disparu du pays depuis la fin des années 1970. La majorité de la filasse part donc en Chine … et revient le plus souvent sous forme de produits finis! 

Heureusement, le savoir-faire n’a pas totalement disparu. L’Europe de l’Est garde plusieurs filatures. Pour garantir cette traçabilité de la fibre de lin, des labels existent. Le plus connu est le label Master of Linen. Il certifie que le lin est 100% européen, et que toutes les étapes ont été réalisées en Europe. De la fibre au fil. (Circuit jaune sur la carte ci-dessous).

La bonne nouvelle, c’est que la France accueille depuis peu des projets de réouverture de filature! Le lin français n’aura bien plus besoin de voyager pour devenir un pantalon. 

 

Culture du lin - une carte de lin 100% français

En jaune, le voyage actuel du lin utilisé par C.Bergamia 

En bleu, la nouvelle étape qui pourrait se faire avec les filatures françaises. 

Le fil qui devient pantalon

Le tissage

Le tissage est l’étape ultime qui transforme la bobine de fil en métrages de tissu. Le type de tissage utilisé pour le lin est le « Chaine & Trame ». C’est ce qui donne l’aspect en quadrillage du tissu si on le regarde de près.

Le tissage se fait en Belgique pour tous les lins C.Bergamia. Nous avons trouvé un fournisseur réputé, de qualité et historique dans le secteur : LIBECO. En plus de réaliser de belles étoffes de lin, Libeco est un choix engagé. L’entreprise est particulièrement proactive pour garantir la traçabilité des tissus et leur éco-fabrication.

Pantalon en lin made in france - C.Bergamia

Un pantalon 100% lin 

Traitement mécanique et apprêts

Pour garantir une bonne tenue des fibres naturelles, tous nos tissus sont traités mécaniquement après le tissage. Cette étape s’appelle le Sanforissage.

Le tissu circule alors entre deux cylindres chauds tout en étant humidifié. Ce procédé permet d’éviter tout rétrécissement du tissu lors de la confection du pantalon ou lorsque vous le laverez. Cela nous permet de vous assurer une coupe identique de votre pantalon tout au long de la vie du tissu !

 

Un pantalon français pour une plante engagée 

Une fois toutes ces étapes réalisées, le lin arrive à l’Atelier sous forme de rouleaux. Il sera ensuite coupé et cousu … mais ça, c’est encore une autre histoire que nous vous raconterons dans le prochain article.

C’est ainsi que le lin devient pantalon. Pas moins de 6 étapes sont nécessaires pour transformées la plante en pantalon. Aujourd’hui, ces 6 étapes sont intégralement réalisées en Europe. Pour demain, nous travaillons au développement d’un pantalon 100% lin et 100% français. De la plante au fil, du fil au tissu, du tissu au pantalon ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *